Mariusca au Cameroun

//Mariusca au Cameroun

Mariusca au Cameroun

Art oratoire poétique : la Congolaise Mariusca Moukengue apprend les techniques d’écriture du slam aux jeunes Camerounais

L’artiste slameuse internationale, Mariusca Moukengue, porteur du projet Slamunité, a animé un atelier de formation des jeunes africains à la pratique du Slam au Cameroun. De retour au Congo-Brazzaville après l’animation de cet atelier, elle a restitué son séjour aux Dépêches de Brazzaville.

Après un travail de sensibilisation dans les différents établissements scolaires publics et privés, trente-cinq  apprenants venus de plusieurs établissements scolaires dont l’Institut des Beaux-Arts (Ibaf), lycée bilingue, lycée classique, collège privé bilingue laïc, collège de la paix et quatre jeunes de la rive gauche du Noun (village Koukpa et Tingouonoun), ont pris part à cet atelier coïncidant avec la date de la cinquante deuxième fête nationale de la jeunesse.

Introduite par Mariama Njayou, l’artiste congolaise a expliqué aux jeunes dont l’âge varie de 08 à 18 ans, le contexte et sollicité leurs attentes vis-à-vis du projet. Ces jeunes ont également appris des techniques d’écriture d’un texte de Slam, un art oratoire poétique.

Partant de la collecte des mots à l’écriture, le texte en vers a été le premier style d’écriture sur lequel la plume des jeunes s’est amusée à séduire. En liant théorie et pratique, chaque apprenant se devait de rédiger un alexandrin contenant des rimes : plate, croisée, embrassée dans lequel on retrouverait des figures de style comme l’anaphore, la comparaison et la périphrase. Des prestations de déclamation dont les textes ont attiré l’attention de l’auditoire ainsi qu’un défilé, se sont déroulés en présence des chefs de la rive gauche du Noun. La restitution finale a eu lieu le14 février, accompagnée de la remise des attestations de formation aux apprenants.

Au finish, les jeunes du département du Noun ont désormais un autre moyen d’expression pacifique. Aussi, le projet Slamunité a réussi à mettre en place un collectif de slameur à Foumban. Au total trente nouveaux slameurs formés par ce projet (nouveaux acteurs du vivre ensemble) parmi lesquels les jeunes de la rive gauche du Noun. Il y a eu également une convention de partenariat AJP/Cedes et Slamunité, ainsi que la découverte de nouveaux talents du Slam au Cameroun.

En perspective, le projet Slamunité entend archiver les textes issus de cet atelier ; sensibiliser et regrouper plus de jeunes autour de Slamunité ; trouver un partenariat de financement du projet Slamunité ; médiatiser Slamunité au Cameroun et au Congo ; trouver une équipe professionnelle pour la production des supports de communication pendant toute la durée des ateliers. Notons que Hassan Njoya Fifen, critique d’art et enseignant à l’Institut des beaux arts de Foumban, assure la coordination technique du projet Slamunité au Cameroun. Il a su assurer la communication avant et pendant la formation.

Après la rive gauche du Noun, le projet Slamunité s’est déporté à Dolisie, troisième ville de la République du Congo, en février dernier, où un atelier a été organisé à l’espace Tiné, regroupant dix  participants.

Par ailleurs, le projet Slamunité se déportera en République démocratique du Congo (RDC)

https://jumelages-partenariats.com/actualites.php?n=592

2019-08-16T07:53:43+00:00Presse|0 Comments

Leave A Comment